lundi 6 mars 2017

LA RUE EST A NOUS











4 commentaires:

  1. tout à fait d'accord avec vous,quel avenir prépare t'on sans humanité,sans empathie,je suis bien éffarée et révoltée de tous ce magma politique. Au plaisir de vous retrouver.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    je ne suis pas d'accord avec la majorité de ce que vous pouvez écrire, ce qui ne m'empêche pas de vous lire très régulièrement avec un certain plaisir, l'opposition sur les idées n'empêchant pas d'apprécier le talent avec lequel elles sont exprimées.
    Je ne commente jamais d'habitude car je ne vois guère l'intérêt de s'opposer des arguments souvent mille fois entendus, de part et d'autre, et qui ne mettront que très rarement d'accord (pour ne pas dire jamais) les contradicteurs.
    Petite exception aujourd'hui, juste pour relever -et m'interroger- sur ce qui me semble être une contradiction entre deux parties de cette note :
    - en toute fin, vous évoquez la manifestation de dimanche dernier au Trocadéro, que vous considérez comme contraire à nos principes démocratiques ; soit ;
    - mais au milieu de la note, vous évoquez me semble-t'il avec une certaine sympathie nostalgique les manifestations qui ont suivi l'élection de Nicolas Sarkozy.
    Or l'élection de Nicolas Sarkozy était, ce me semble, le résultat d'un scrutin démocratique. La contester par des manifestations violentes (c'est vous qui écrivez : "casser") n'était-elle pas alors, également, contraire aux principes démocratiques ?
    Pourquoi dès lors approuver l'une et rejeter l'autre ?
    En espérant que vous prendrez un peu de temps pour me répondre ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et merci pour ce commentaire. Je suis heureuse d'y répondre car j'aime quand on m'oppose des choses exprimées avec intelligence et respect (ce qui n'est malheureusement pas toujours le cas). C'est tout à fait juste ce que vous dites mais vous vous trompez sur deux points:

      - je n'avais pas spécialement de "sympathie" pour les manifs qui ont eu lieu après l'élection de Sarkozy, même si je n'avais pas voté pour lui et qu'il représente à mes yeux- au même titre que Fillon- l'arrogance que je déteste (et déplore) chez les hommes politiques.
      Cependant je ne suis pas d'accord avec vous pour dire que ces manifs n'étaient pas "démocratiques": le résultat d'une élection présidentielle- surtout dans notre système électoral à deux tours et sans prise en compte des votes blancs- ne représente pas l'unanimité des votes, loin de là et il me semble légitime qu'au contraire, de nombreuses personnes ne s'y retrouvent pas. De plus, Sarkozy apparaissait alors comme quelqu'un de "dur" et j'ai trouvé ça compréhensible que des gens réagissent avec agressivité à celle dont il avait fait preuve avant son élection.

      - je n'ai pas du tout dit que la manif de Fillon n'était pas démocratique puisqu'elle aussi représente l'expression de l'opinion- incompréhensible à mes yeux mais soit- de certains.
      Ce n'est pas le fait qu'ils aient manifesté que je condamne mais ce CONTRE QUOI ils ont manifesté: la justice et la liberté de la presse qui eux, sont des fondements, l'essence même de notre démocratie.
      C'est cela qui, à mes yeux, est inadmissible et contraire aux principes de notre démocratie, pas le fait de manifester en tant que tel.

      Et j'ajouterai une dernière chose à votre remarque: ceux qui ont "cassé" après l'élection de Sarkozy sont certainement considérés comme des "voyous" par ceux qui, comme Fillon ou Sarkozy (mais aussi Balkany, Cahuzac, Baupin...) sont des voyous.. en cols blancs.
      Que ces hommes politiques sans scrupule donnent des leçons à des casseurs, ça me fait bien rire (ou plutôt pleurer).

      A bientôt,

      Muriel

      Supprimer