lundi 12 septembre 2016

Un dîner aux chand... euh non, aux poubelles














5 commentaires:

  1. Je trouve ça aussi effarant tout ce qui est jeté!! J'avais essayé quelques fois de faire les poubelles de ma biocoop, mais j'avais fait chou blanc (ahah!), il n'y avait que des légumes vraiment super défraichis voire moisis mais rien d'autre à se mettre sous la dent. mais ton article me motive à m'y remettre!!

    RépondreSupprimer
  2. Le magasin bio de chez nous donne les articles frais périmés aux consommateurs qui les acceptent. J'en ai fait l'expérience. Par contre, je ne sais pas ce qu'ils font des produits ( boites) abîmés...

    RépondreSupprimer
  3. Il faudrait plus de gens comme eux/comme vous/comme nous (et accessoirement une belle prise de conscience de toute la population)..

    RépondreSupprimer
  4. Bravo pour ce chouette article et ces belles illu que je découvre grâce au lien qu'à mis la Famille Zéro déchet sur FB. Belle découverte. Je suis aussi écoeurée de ce gâchis alimentaire et surtout, comme tu l'as très bien illustré, de la souffrance que l'on fait endurer aux animaux pour nos besoins toujours plus démeusurés. La grande distri à vraiment une urgence de changer deux trois trucs dans leurs manières de faire, car de plus en plus de consommateurs commencent à être dégoûtés de tout ce carnage. Sans parler de tous les autres trucs abominables qu'ils cautionnent (nourriture irradiés, traité aux pesticides, produits toxiques ...) bref nous sommes en 2016 faut qu'ils se bougent ! Merci pour ce beau message que tu nous laisse et continu comme ça ! Hâte de découvrir ta nouvelle illu.

    RépondreSupprimer
  5. Il y a 25 ans de ça, j'ai vu jeter ce que je mettais toute une année à cultiver et protéger... Il y avait surproduction déjà à l'époque. Je venais de m'installer seule après le cancer de mon père (traitements chimiques?...) j'ai rapidement compris que cette société urbaine était folle et courrait à sa perte. Le pire c'est qu'autour de moi les fils et filles de paysans vivant en milieu rural jettent la nourriture achetée non consommée sans la recycler en compost en nourritures aux poules et aux cochons ou la donner aux associations... une seule génération sans terre et ils ont oublié les efforts pour produire. Comme si la valeur d'un bien n'est que la valeur de l'étiquette. Si c'est le cas les gens sont bien trop payés pour service rendu, service qui accélère la marche vers la folie de notre monde. Le trou ramènera tous ces fous gavés d'énergie pas chère au bon sens et aux vertus des terreux

    RépondreSupprimer