jeudi 21 mai 2015

Ma fille n'est pas une quiche
















31 commentaires:

  1. Même histoire chez ma fille de 3 ans et demi... "les princesses ne mettent pas de pantalon, les filles sont en robe". Si je suis en pantalon, elle dit que je suis un prince.
    Dès la crèche j'avais noté que les ass mat remarquaient toujours une petite fille en robe "oh comme tu as une jolie robe", et les jours en pantalon rien de spécial, donc forcément avec une robe ma fille savait qu'elle allait attirer l'attention.
    Ca me désole toutes ces petites filles avec les mêmes robes de princesse Disney au carnaval ou aux anniversaires... mais je me sens bien impuissante, et puis évidemment j'ai envie de lui faire plaisir...
    Je remarque aussi que presque toutes les petites filles ont les cheveux longs, ça aussi c'est un effet "princesse"... pour l'instant ma fille accepte encore son carré court, mais combien de temps avant qu'elle demande les cheveux de Raiponce?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait ma fille ! Je n'ai pourtant pas l'impression d'avoir influencé cela, mais c'est la guerre pour enfiler un pantalon, ne parlons même pas d'un jogging ! alors j'ai laissé tomber en fait ... Et les cheveux idem : elle était si jolie avec son petit carré, jusqu'à ce qu'elle refuse de se laisser faire chez le coiffeur et demande à garder les cheveux "longs comme raiponce". elle commence tout juste à accepter de couper les pointes !
      Pire, à la lecture de ce billet j'ai l'impression de ne jamais complimenter mon fils sur son apparence (alors que c'est faux, mais nettement moins courant) et du coup valider cet état de fait ..
      On a du pain sur la planche, même quand on est convaincu !

      Supprimer
    2. Pour ajouter au sujet:
      Ma fille ainée s'est accrochée à tous les marqueurs dits "féminins". A refusé le port du pantalon avant son entrée à l'école (elle était uniquement gardée par sa mère qui ne porte qu'exceptionnellement jupes et robes), voulait garder les cheveux longs, bavait sur les machins roses, les petshop, les pollypocket et cie...
      Sa petite sœur, pour laquelle j'avais définitivement abandonné toute volonté d'encourager la mixité dans ses gouts (elle a eu très tôt les jouets de sa grande sœur, des poupées mannequins etc.).
      Au final, la seconde, qui est en plein dans l'âge "princesse", vient de me demander de faire couper ses cheveux, portent souvent pantalons et leggins, joue plus avec des peluches et des figurines d'animaux qu'avec des poupées, et dit ne pas aimer le rose.
      Bref, je me demande si ce n'est pas bêtement un besoin de se plonger dans ces archétypes dits "féminins" entre 3 et 5 ans, pour mieux passer à autre chose par la suite...

      Supprimer
  2. J'ai 2 garçons et j'ai aussi le droit à des réflexions sur le choix de vêtements. Mon ainé de 6 ans ne voulait pas mettre un pantalon couleur "prune" que je lui avais acheté, au prétexte que le rose et le violet sont des couleurs de filles. En creusant un peu, il m'avoue quand même qu'il aime bien le rose mais qu'un de ses copains se moque des garçons quand ils ont des trucs roses. Depuis que nous en avons discuté, il me met le pantalon (qui n'est pas du tout rose, soi dit en passant) sans rechigner. Mon petit de 3 ans a toujours aimé tous types de jouets. Il m'a même fait reposer un tractopelle que je voulais lui acheter pour prendre une poupée à la place. Il ne sort jamais son vélo sans y mettre son "bébé" dans le porte-bagage. Il a aussi une cuisine Ikea avec laquelle les 2 garçons jouent souvent. Ce qui me choque le plus dans la différence d'éducation filles/garçons, c'est la relation au corps. Mes garçons ont toujours eu le droit d'expérimenter, de grimper, de courir alors que les petites filles avec qui ils étaient gardés n'avaient jamais le droit, au prétexte que ça allait "encore trouer leur collants" ou "tu es trop petite, tu vas tomber".

    RépondreSupprimer
  3. Je capte l'agacement.
    J'ai juste une question : vous regardez la TV / les pubs ? Vous acceptez les jouets au "mac do" ? Vous acceptez les "cadeaux" pour l'enfant quand vous lui achetez des chaussures ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes filles sont maintenant trop grandes pour les jouets du mac do (12 et 14 ans), mais quand il y avait transformers et petits poneys, elle demandaient le jouet transformers !

      Supprimer
    2. Notre grande de 5 ans est "garçon manqué". Elle aime, et l'assume, le bleu, les "jeux de garçons", mais aussi les bijoux et les jolis vêtements. Notre petite de 2 ans exige des noeuds papillons sur ses débardeurs, aime se regarder dans la glace, est attirée par le rose et le brilliant...alors qu'elle n'est jamais allée à l'école, que nous faisont passer les memes messages, que nous n'avons pas la tv et qu'elles ont toute sorte de jouets : garage, voitures, poupées, cuisinières etc.

      Supprimer
    3. Hello, je n'ai pas encore d'enfants, mais je me rappelle d'une époque pas si lointaine où j'en étais une moi-même... les jouets des MacDo étaient unisexe et non genrés ! On avait tous les mêmes jouets, garçons et filles !
      Et j'aimais bien la période de Noël car sortait le Disney avec les jouets en rapport avec le film (j'était en plein dans la tranche d'âge pour avec eu quasi la collec' complète des Happy meals Aladdin !)

      Supprimer
  4. Bien d'accord avec tout ça, avant la naissance de mon enfant j'ai voulu acheter des vêtements (pas des pyjamas, quoique c'était problématique également) mixtes. Impossible, même le simple pantalon a une coupe qui répond au genre fille ou garçon. J'ai donc pris un simple Jean et un pull blanc. Mais ça montre bien là la difficulté. Je ne voulais pas connaitre le sexe de mon enfant avant le jour J mais j'ai du subir la pression des autres parents qui veulent savoir pour acheter du rose ou du bleu. Et pour les jouets pareils, je n'achète jamais connoté et sinon prend ce qui me plait ça peut être rose. Il joue à la poupée et au petite voiture. Il joue à la dinette aussi. Peu importe le principal c'est qu'il s'amuse. Je ne sais pas si ça changera avec l'entrée à la maternelle mais pour le moment ça marche.

    RépondreSupprimer
  5. Il y a des maisons d'éditions très bien qui luttent contre les livres pour enfants mièvres et stéréotypés! Par exemple les éditions Talents Hauts, je vous conseillent leurs ouvrages pour tous âges...

    RépondreSupprimer
  6. Apparemment, les vêtements neutres pour bébés n'existent plus… et comme pour les adultes — victimes de la mode, tout ça — il y a plus de choix pour les petites filles que pour les petits garçons. L'effet "poupée qu'on change", probablement. Ma meilleure amie est sur le point d'avoir un fils. En faisant ses listes de naissance sur divers sites et en les partageant sur Facebook, elle a fait remarquer qu'il y avait beaucoup plus de vêtements typés "filles" (j'imagine rose, licornes, petits poneys, princesses, etc.) que de neutre ou pour les petits garçons. Mon amie voulait des teintes jaune/vert et avec des animaux, donc neutres. Apparemment ç'a été la croix et la bannière.

    Outre cela, quelque chose m'a choqué dans ce fameux atlas fille/garçon, outre les renseignements et informations beaucoup plus complets sur la version pour garçons : la fameuse image avec le panda… il est au milieu de la Russie, ce panda ! Techniquement, on trouve ces animaux en Chine, il me semble… La Chine est bien plus au Sud que l'endroit où on a dessiné cette stupide bestiole ! Si en plus les rares informations fournies à nos filles sont fausses…

    RépondreSupprimer
  7. Formidable post. Partagé sur Fb. Bravo ! J'y ai retrouvé l'ouvrage "Du côté des petites filles" de Elena Belotti que j'ai lue adolescente et qui a changé ma vie (si si !), mais réactualisé ici et avec une jolie mise en page. Comme quoi les choses n'évoluent vraiment pas bien :-(
    Que de chemin il reste à faire....

    RépondreSupprimer
  8. Moi j'ai un garçon de 4 ans et 4 mois, il va à l'école maternelle. Il aime beaucoup sa cuisine Ikéa neutre (la même que celle de l'article) qu'on lui a achetée pour ses 2 ans, et il y joue beaucoup. Sa couleur préférée est le rose. A la maison, il aime se déguiser avec des torchons en guise de jupes et déclare être "une princesse". Il adore cueillir des fleurs et faire des bouquets. Ca me fait rire, je trouve ça mignon. Il est très intégré à l'école, joue surtout avec ses 3 copains garçons, mais est amoureux d'une petite fille (qui n'est pas du tout le style "princesse précieuse", d'ailleurs, plutôt ce que le langage courant appelle "garçon manqué" - expression que je n'aime pas, mais bon...)
    Je laisse mon fils s'épanouir tel qu'il est, et pour le moment il ne semble pas qu'il se fasse moquer de lui à l'école. Pour autant, j'admets avoir refusé de lui acheter un casque de vélo rose, à cause des réflexions des autres bien plus que parce que je pense que c'est une couleur de fille, et je lui ai un peu imposé le casque rouge. Mais je lui ai acheté un tshirt rose (de garçon mais rose quand même) parce que je sais qu'il aime et que ça lui fait plaisir...

    RépondreSupprimer
  9. ma fille a 5 ans. Elle est moyenne section de maternelle. EN début d'année scolaire, elle est revenue de l'école en me disant "Hein Maman, je ne pourrais pas aller dans l'espace ?". Je lui ai alors demandé pourquoi. Sa réponse m'a beaucoup attristée : "Ben parce que je ne suis pas un garçon !"... Et là, je lui ai parlé de Claudie Haigneré. Autre anecdote, je travaille dans une mairie et hier, le 1er adjoint a refusé qu'une des cadres l'accompagne sur un dossier sensible parce que, je cite, "vous êtes une femme, ce sera forcément moins professionnel"... Ces deux exemples me font penser que le chemin est loooooong avant l'égalité des sexes. Nous vivons dans un monde sexualisé et misogyne et j'en suis très très triste.

    RépondreSupprimer
  10. TrAIssailli ??? C'est moi qui tressaille...;-)
    http://fr.m.wiktionary.org/wiki/tressaillir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre vigilance, c'est corrigé !
      Il y en a toujours une ou deux qui m'échappent ;)

      Supprimer
    2. Mon fils de 5 ans veut avoir les cheveux rasés tout simplement pour être conforme à l'image que la société dans laquelle nous vivons lui impose, adultes (instits) comme camarades de classe. les enfants sont conformistes et répondre gentiment à la commande sociale.
      Vivement leur adolescence!

      Supprimer
    3. Heureusement que tous les instits ne sont pas comme vous le décrivez... J'en sais quelque chose, je lutte au quotidien tant auprès des enfants que de mes stagiaires instits.

      Supprimer
  11. mon fils de 7 ans a demandé un poupon pour son anniversaire, avec une poussette. mon mari et moi étions tout à fait d'accord mais il a fallu largement argumenter avec l'entourage qui trouvait que sous prétexte d'être ouvert d'esprit, on allait un peu loin ... juste en rappelant à mes beaux parents que leur fils avait lui aussi changé les couches, bercé nos trois enfants et accompli toutes les missions de "maternage", le message est passé ! mais quand même je me suis aperçue que mon fils ne joue pas avec son poupon devant et avec tout le monde ! çà paraît dingue en 2015 ! alors effectivement l'article ne m'étonne tristement pas plus que çà.

    RépondreSupprimer
  12. en 1998, mon fils a demandé un aspirateur pour noël à son grand père qui le lui a commandé ! yeah ! une poupée a trouvé sa place parmi les peluches, la cuisinière a été largement utilisée aussi par son petit frère 5 ans plus tard, petit frère qui porté des bottes en caoutchouc roses, et il voulait plein de fringues roses tellement il aimait cette couleur alors je n'ai pas hésité ! les cheveux longs ont posé problème à la maitresse qui a opté pour la barette genrée .... avec toutes les connotations sous-jacentes, et dans connotations, y'a pas de notations mais ce serait faire injure au préfixe ! et je reste beaucoup dans la cuisine, près du lave linge ... sans doute parce que ça c'est moi et c'est pas facile de lâcher le pouvoir !!!! j'ai prété tous mes "causette" à la chérie de mon grand fiston ... elle s'est abonnée !!!!

    RépondreSupprimer
  13. Je suis bien d'accord avec tout ce que vous dites et j'ai souvent l'impression qu'on fait exprès de s'enliser dans ce type de choses. Quand on pense qu'à notre époque ou même celle de nos parents, cet attrait du rose et du bleu n'existait pas du tout...
    Par contre, j'ai des contre-exemples à vos premiers propos. Ma fille de 4 ans et demi se fiche complètement de la tenue qu'elle porte et c'est moi qui lui choisit ses vêtements chaque matin: t-shirt et pantalon pour qu'elle soit à l'aise car elle est plutôt du genre à courir et à grimper partout. Je lui ai déjà mis quelques robes (qu'elle s'empresse de montrer à la maîtresse, comme quoi la réflexion "Oh la belle robe!!!" rentre vraiment dans la tête des gamines) mais elle revient avec les collants en lambeaux ou les genoux écorchés. Elle ne m'en réclame pas alors je n'en abuse pas.
    De la même façon, un de ses camarades de classe est une vraie fashion victime, il fait tourner sa mère en bourrique à sortir LE t-shirt qui va avec le bon pantalon. Gare à elle si l'ensemble n'est pas coordonné! ;-)

    RépondreSupprimer
  14. Je trouve aussi que contrairement à ce que certains hurlent à cor et à cris, côté mixité on part vraiment dans le mauvais sens et qu'on "genre" bien plus que dans les années 70/80 où garçons et filles partageaient coupe au bol et pulls rouges ou bleu marine qui grattaient. Je suis par contre assez sceptique sur le fait que la production d'articles typées garçon ou fille dès les bébés soit dûe à la pression dees consommateurs : la pub et les medias font l'essentiel de la mode, et n'est-il pas plus rentable de convaincre le grand public que les filles doivent porter uniquement des bodies paillette et les garçons des polos fusée plutôt que de laisser les T-shirts d'Emma passer à Paul aussi bien qu'à Léna ou les jeans de Noa à la cousine Nina comme à Jules le petit voisin. :P Ma filleule, en 6è, était la seule fille à porter les cheveux courts, et du coup les garçons lui disaient qu'elle n'était pas une "vraie fille" ! Inversement, le cadet de mes neveux, lui, jouait souvent avec sa cousine et se plaignait qu'elle ne lui laissait que les plus abîmées de ses Barbies. Un Noël je lui ai donc offert une Barbie pilote d'avion, il était ravi mais mon frère était presque choqué. Claudie Haigneré disait que le nombre de filles qui choisit des études scientifiques a encore baissé 'en dessous des 20%, je crois). Alors que certains crient que les féministes vont trop loin, qu'on veut pervertir les enfants avec la théorie du genre, etc, etc., il me semble qu'au quotidien, c'est plutôt le contraire. :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument d'accord avec vous ! Ce qui a changé c'est le système économique ! aujourd'hui bien plus qu'avant la consommation et la production de masse font rage. Avant personne n'était payé à réfléchir au moyen de gagner le maximum d'argent. On réfléchissait au moyen de répondre à la demande et de faire vivre les employés et les employeurs. Il suffit de se souvenir de nos bonnes vieilles machine à laver ! Celle de ma grand-mère a un peu plus de 40 ans. Trouvez moi une machine construite aujourd'hui et qui peut se targuer de posséder une telle espérance de vie. Impossible. Ils en construisent des moins durables pour que nous ayons besoin de les renouveler plus régulièrement. Toute un champ professionnel et théorique a émergé: le marketing. Donc logique qu'en matière de genre on accentue les clivages. Si nous partageons tous, hommes et femmes, les mêmes divertissements, les mêmes vêtements et les même centres d'intérêts, ils ont deux fois moins de choses à vendre à un ménage composé d'hommes et de femmes. Ceci est bien sûr valable pour les adultes également. Je suis une femme et j'ai l'impression d'étouffer avec toutes ces normes que j'ai intériorisé petite et qui m'ont fondamentalement façonnée. Je me bats contre cet inexorable désir de séduire, contre cette envie débile de dire à une petite fille qu'elle est jolie, contre mon angoisse face à la menace d'être soit, une salope, soit, une coincé ( ah bah oui faut quand même être une femme libéré attention ! L'homme il a envie d'épouser une bonne mère, mais quand même aussi de s'amuser au lit et d'être avec une jolie femme). Trois injonctions qui commencent à nous être soufflées à tous dès le plus jeunes âge. Être jolie pour une petite fille c'est commencer doucement à intérioriser l'idée qu'elle doit plaire et répondre au désir (soit disant débordant) l'homme avant tout. Bref ! une vaste blague qui se transforme ensuite, à l'adolescence puis à l'âge adulte, en quelque chose de beaucoup moins mignon qu'une petite qui veut porter une robe de princesse.

      Supprimer
  15. Si ça peut rassurer : mon p'tit gars (3 ans) est très soucieux de ses vêtements et ne veut pas de tel T-Shirt ou tel pull parce qu'il est "moche", et a voulu un cuisine pour Noël... il adore m'aider à faire le ménage avec son balais et sa lavette et il aime beaucoup le rose !! Comme quoi...

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour,
    Votre blog est très intéressant, j'ai beaucoup aimé le lien vers le doc sur Arte, que je viens de finir.
    J'aimerais rajouter un échelon dans la pyramide artificielle de la féminité : princesse --> popstar ---> bombe sexuelle et finalement ------> mère
    Il est très difficile de nos jours de dire "je ne veux pas d'enfants", le modèle de la société nous imposant continuellement le message qu'une femme heureuse ne peut l'être si elle n'a connu la maternité.

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Muriel. Maintenant que le buzz commence à retomber, je prends le temps de vous répondre. Tout d'abord un grand merci pour ce post et ce soutien. J'ai été très étonnée en publiant mon article sur ces cartes différentes de voir que ce n'était pas choquant pour tout le monde, et plus grave, que cela ait entraîné autant de passion et et de haine (en vrac sexisme, homophobie, racisme, mépris pour les classes populaires ...) . : http://activitesmaison.com/2015/05/22/que-repondre-a-la-haine/ J'ai été surprise de voir que pour certaines mamans, il n'y avait pas de quoi fouetter un chat, et que c'était "normal" qu'une fille aime les princesses, point. J'ai essayé de reprendre les arguments de chacun et d'y répondre : http://activitesmaison.com/2015/05/24/essayons-danalyser/ . Je ne comprends pas pourquoi ce sujet est si sensible, pourquoi les gens réagissent aussi vivement alors que c'est pourtant évident qu'il ne faille pas proposer des choses au rabais pour nos filles ! Et pourquoi vouloir les enfermer dans des cases ? C'est compliqué de proposer par exemple un cahier conte de fées si ce thème plaît avec des princesses et des princes, des fées et des magiciens sans mettre de rose bonbon pour que tout le monde s'y retrouve ? Je suis abasourdie !!!

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour, j'arrive sur ton article en passant par le Huffington Post.
    Ton texte est poignant et montre combien la société revient dans ce sexisme flagrant.
    Je suis maman de deux petits garçons, on les laisses jouer a la poupée et a la dinette sans souci.
    Mais il est vrai qu'on a quand même des réaction sexiste malgré nous.
    J'espère que ces différences ne déplaisent pas aux enfants, car quand je vois ma nièce qui ne jure que par les princesses et autres trucs du genre je me dit qu'elle est contente de trouver autant de chose a ce sujet.
    Mais de là a faire la si grosse différence sur le cahier de vacances il est vrai que c'est trop.

    RépondreSupprimer
  19. Oh que je suis d'accord !!! J'ai une fille de dix ans, qui préfère les pantalons ("c'est plus pratique pour jouer au foot" sic !), a horreur du rose, aime le foot, les ninjas, les pokemons et même si elle a deux très bonnes amies à l'école, joue beaucoup avec les garçons, parce que, je cite, "les filles de 8 ans ou 10 ans, c'est pas drôle, ça veut pas être décoiffée, et ça pleure pour rien"... Elle a pourtant les cheveux très longs, y tient beaucoup, aime se mettre en robe (mais pas rose et pas de froufrous) de temps en temps, mais elle a autant de jouets "de fille" que de jouets de "garçon" dans sa chambre, et j'en suis ravie. Elle fait de la danse classique, mais joue au foot, elle aime dessiner et l'art (plutôt pour les filles selon les garçons de sa classe), mais n'a pas son pareil pour bricoler, clouer, visser ...
    Je suis fière d'elle quand elle répond au petit voisin, macho de 7 ans, qui lui lui dit qu'elle devrait se mettre en short plus souvent parce qu'elle a de belles jambes (sisi !!), ... je ris quand elle répond "et toi, tu ferais mieux de te faire plus souvent, ça éviterait que tu dises des bêtises !"... A contrario, j'ai galéré à Noël dernier pour trouver des ustensiles de cuisine qui ne soient pas rose pour mon petit filleul !! Finalement, j'ai dû me rabattre sur des trucs en bois ou les miniatures des marques, qui coutent un bras !!!! GGGRRR !
    je tombe des nues en découvrant les cartes différenciées !! Où va t'on ?!

    RépondreSupprimer
  20. Quel billet captivant et tellement vrai!
    On m'a dit récemment que le féminisme, ou même tout simplement la distinction femmes/hommes, ne servait plus en 2015 car c'est de l'histoire ancienne... Ah bon?
    Je suis plus que jamais convaincue que notre société ne va pas mieux...
    Quand j'entends des mères dire à leur petit garçon "tu vas pas pleurer comme une fille, non!", je me dis que c'est pas vraiment de l'histoire ancienne ces clichés...
    Et c'est pareil entre adultes, malheureusement l'âge ne donne pas plus de jugeote! Encore la semaine dernière: une femme qui travaille comme dessinatrice dans le bâtiment. Non seulement elle a toujours été la seule femme où qu'elle aille (école, entreprises), mais elle a toujours été payée 30% de moins que ses collègues hommes (pour le même poste évidemment). Elle a fini par démissionner et se lancer en indépendante.
    Je fais partie d'un club d'entrepreneures: oui, que des femmes! Et bien la CCI nous désigne agréablement comme le club "salon de thé" !!! C'est dire le niveau des mentalités.
    Pour en revenir au billet, je suis atterrée par la différence entre les livrets d'activités fille/garçon. Déjà pourquoi un livret fille et un livret garçon? Et le contenu.... Y'a rien à ajouter, tout est dit...
    Ne baissons pas les bras dans l'éducation et l'esprit ouvert de nos enfants, mais le chemin n'est pas simple malheureusement...

    RépondreSupprimer
  21. Pour l'histoire des jouets ça s'explique très simplement. Un enfant joue souvent à "faire l'adulte". Il jouera à avoir un magasin par exemple car il connait les magasins. Cependant si votre fille n'a jamais (ou rarement) vu des gens autour d'elle bricoler ça ne va pas l'intéresser. Par contre elle voit probablement souvent ses parents cuisiner. Du coup elle va être plus attirer par un jeu de cuisine. Ce n'est pas une question de sexisme c'est une question d'imitation.
    Je travaille dans un magasin de jouets et il m'est souvent arriver de vendre des jouets de cuisine à des garçons, parfois même des poupées.

    RépondreSupprimer
  22. Pour info, les cahiers Magnard et leurs cartes genres 1 an après : https://activitesmaison.com/2016/05/02/1-an-apres-les-planispheres-ont-ils-un-genre/

    RépondreSupprimer